mardi 9 janvier 2018


Sans titre parce que j'en ai trop en tête
Sans titre parce que c'est pas trop la fête
Et pourtant se fait sentir la force
Laissée sur ton passage, sur le pas de la porte.

Sur la pointe des pieds, une dernière pirouette
Tu glisses sans rien dire, sans rien laisser paraître.
La grâce des êtres forts et frêles à la fois
Tu m'auras soulevée tant de fois.

Si ce moment n'est pas figé et qu'il existe ailleurs
Des notes partagées dans un monde meilleur
Si entre nous on peut se dire qu'on se fout des années
Qu'hier et aujourd'hui ne sont qu'illusions créées

Alors je garde espoir que par instants furtifs
Tu sois en lui, en nous, en moi, quelque part
Où résonnent les mots qu'on a fait nôtres
Les siens, puis les tiens, enfin cet autre

Cette conscience d'être un et tout à la fois
Tu dérives plus haut, un point de plus là-bas
Qui va et vient - gardien de l'essentiel
J'espère que tu as senti pousser tes ailes

Les mots sont vains, les notes consolent
Rester debout, trouver le sens
Une gageure - ton existence
Qui finalement s'en faisait voix
Un modèle, une partie de ma foi

Trop à dire et pas le goût
Enfin si, celui entre aigre et doux
Tu sais, le même qu'il t'est venu
Trop de fois pour te mettre à nu

Traverser, traverser, ce mot dans ta bouche
Je le garde comme une flamme qui me touche
Luciole dense et légère, je connais tes manières
J'appelle la vie, un splendide hasard qui sera juste logique

Donner, tout donner, le mot d'ordre de ta musique.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ondas das palavras Ficarão as palavras Quando nossas bocas Ser ão feichadas Quando nossas m ãos Ser ão endurecidas Ficar ...